« J’ai rencontré le slam sur les rives de ma soixantaine et depuis, tous les jours, j’remplis des vers à sa fontaine…Rencontre inattendue, imprévue pour moi qui ne connaissais la poésie que pour en avoir lu, la musique que pour en avoir entendu, et qui n’étais jamais monté sur les planches.

Rencontre impromptue mais ô combien enrichissante. Depuis je me suis mis à écrire, à déclamer mes textes accompagné par des musiciens, à monter sur scène, à partager mes mots et mes rimes avec le public. Bref je me suis mis à jouer le saltimbanque à l’âge de la retraite.

C’est tout aussi fortuitement que mon chemin à croisé celui de Doris Aviani, un samedi matin, sur une place publique. Après deux minutes de présentation les notes de sa flûte sont venues spontanément se poser sur mes mots, se loger dans mes phrase dans une géniale improvisation.

Depuis elle m’accompagne en concert, complice de mon harcèlement textuel. »